Festival Geo Condé - J-5

Publié le par Philippe Sidre

La gaine chinoise est une discipline marionnettique traditionnelle. Les marionnettes sont hautes comme trois pommes et elles virevoltent dans le castelet. Elles sont très pratiques pour réaliser les scènes de combat. La manipulation se pratique comme un art martial. Virtuosité et raffinement sont les deux caractéristiques de cet art qui est aussi pratiqué dans d'autres pays asiatiques comme Taiwan par exemple. Le marionnettiste chinois Yeung Faï a été initié très tôt par son père. Il représente aujourd'hui la cinquième génération de la famille à pratiquer cet art. Aujourd'hui, il a décidé de transmettre son art aux marionnettistes européens.

Vous pourrez ainsi découvrir deux spectacles utilisant la gaine chinoise : Hand Stories, spectacle virtueuse et émouvant de Yeung Faï et No rose de la cie L'Ateuchus.

Hand Stories

De et par Yeung Faï

Gaine chinoise - Durée : 60 mn - 8 ans et +

 

Le combat d’un marionnettiste chinois

 Yeung Faï propose un spectacle très personnel dans lequel il met en scène sa propre histoire.

L’art de Yeung Faï, c’est la marionnette. Un art, que dis-je, une passion, qu’il a dans le sang, dans les doigts et même sur le dos : bouffant de la vache enragée à New York, Faï se trimbale avec une pancarte « 5 generation pupeteer » (« marionnettiste depuis 5 générations »). C’est donc sa propre histoire et celle de son illustre famille que l’ultime rejeton de la dynastie choisit de raconter. Il mêle des épisodes de la vie de ses aïeux, des numéros de marionnettes traditionnels et le récit de son propre parcours. Mais vous vous mourez de curiosité : de quelles marionnettes parlons-nous ? De marionnettes à gaine, of course. Celles de la grande tradition chinoise, millénaire. C’est tout cela que Yeung Faï aborde dans son spectacle : comment être l’héritier d’une tradition si ancienne, portée si haut par sa famille ? Et cette autre question : comment comprendre et vivre avec les traumatismes passés ?

Car la vie n’a pas été un long fleuve tranquille pour ces artistes. Les plus belles scènes du spectacle sont celles qui évoquent la répression qui s’abat sur le père de Faï. Revêtu d’une immense coiffe et d’un écriteau infâmants, cette pauvre figurine (une trentaine de centimètres sous la toise) est absolument poignante. Yeung Faï parvient ainsi à porter très haut le degré d’expression de ses marionnettes, qu’il crée lui-même. Il y en a en fait deux types : d’une part, celles qui racontent l’histoire des cinq générations, réalistes, sévères ; et les autres, qui ne représentent personne en particulier, et servent à divertir. Il faut voir ces petits personnages bondir, se défier, se taper dessus, employer mille ruses pour casser la gueule à leur adversaire, nettement mieux que dans n’importe quelle émission de catch de la T.N.T. Et tout cela, grâce à l’invraisemblable dextérité de Yeung Faï, qui vous sidérera à coup sûr par l’échauffement drastique qu’il inflige à ses doigts dans les premières minutes du spectacle.

Mais, plus que du grand spectacle, Hand Stories fait naître un univers visuel et sonore souvent magique. Symbole de la répression des années Mao, un affreux serpent envahit parfois l’espace, subtilement manipulé par Yoann Pencolé. Avec de beaux éclairages et une bonne pincée de fumée, c’est vraiment de toute beauté. À l’inverse, le programme est mensonger, qui annonce « théâtre sans paroles », car il faudra vous enquiller un long passage en anglais – simple, tout de même – dans lequel un ange se met à chanter du Queen. Passage un peu longuet, d’ailleurs. Mais allez découvrir ce spectacle atypique, et soutenez ainsi l’entreprise de Yeung Faï : faire perdurer son art.

Céline Doukhan

Les Trois Coups

 

Conception, fabrication, jeu : Yeung Feï / Assistanat et jeu : Yoann Pencolé / Musique : Colin Offord / Conception vidéo : Yilan Yeh / Lumière : Christophe Kehrli / Son : Patrick Ciocca / Conseiller artistique : Thierry Tordjman

Production : Théâtre Vidy-Lausanne. Coproduction : Théâtre Jeune Public de Strasbourg - CDN Alsace / Théâtre des marionnettes de Genève. Avec le soutien de l’Institut International de la Marionnette de Charleville-Mézières.

Mercredi 25 avril - 20h30 - TGP Frouard

 

No Rose

 

Cie L'Ateuchus

Marionnettes à gaine chinoise - 50 mn - A partir de 7 ans

norose.jpgEn ce sacré dimanche la Lady Rose attend son invité… « It’s time » sonne ici et le voilà qui entre avec fracas (un fracas du dimanche) tout encapuchonné qu’il est dans son dufflecoat d’ombre. Il tonne d’une voix d’outretombe : « il est temps, viens avec moi ». Mais pas de rose sans épine... Un épineux combat s’annonce. Et ce combat est beau, il est grand, et fascinant. Cette vieille dame a quelque chose de so british et elle a quelque chose de chacun(e). La compagnie nous embarque entre tradition et modernité, dans un présent qui se refuse à partir trop vite. La manipulation est magnifique. Le combat est vital. Le tout pour notre plus grand plaisir. Vas-y mamy : tiens bon !

De et avec : Virginie Schell et Gabriel Hermand Priquet / Musique : Vincent Peter Aides à la réalisation : Christiane Schell, Anne Dumont / Lumières : Ludovic Bouaud

Samedi 28 avril à 17h30 - Salle des Fêtes de Custines


Publié dans Festival Geo Condé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article